Articles les plus consultés

mardi 17 décembre 2013


Le Soi  et  l'Autre.




 


Ce mois-ci : comment acquérir plus d'autonomie affective ?

Le mois dernier, nous découvrions ensemble le besoin d'approbation, comme faisant référence à un manque d'autonomie intellectuelle.
Pour ce qui concerne le manque d'autonomie affective, la recherche personnelle est tout autre. Plus profonde, plus intime et cachée.
Pour vous guider vers ce nouvel espace de connaissance de votre personnalité, sachez que vous pourrez évaluer votre manque d'autonomie affective en vous penchant quelques instants sur ces questions.

1) Est-ce que je me sens parfois rejeté-e ?
2) Ressentez-vous souvent le besoin de vous identifier à une autre personne 
( sauf à l'adolescence ou ce processus est normalisé) ?
3)  Vous sentez-vous régulièrement fatigué-e voir englué-e par vos  émotions 
4) Avez-vous souvent des idées de stagnations et des ruminations sur l'échec de certaines relations ?
5) Est -ce que l'expression : vivre une relation en Adulte n'a pas de sens pour vous ?
6) Donnez-vous beaucoup plus de temps et d'énergie à votre vie relationnelle ( pour le meilleur et pour le pire) qu'à votre propre intimité et harmonie ?


Si vous répondez majoritairement "OUI" à cette réflexion, alors il est probable que vous soyez en réel manque  d'autonomie affective !
C'est grave ? Que faire ? Il n'y a aucune fatalité à toutes les situations comportementales ! La seule fatalité, c'est de le savoir et de l'ignorer !
Alors progressons ensemble sur la mise en place du changement !


 Comprendre l'enjeu d'une bonne connaissance de l'espace relationnel.

Pour apprendre à relativiser, j’utilise les ressources de l'écriture :

La relativisation permet de sortir de l’engrenage des émotions, car ce sont elles qui sont les acteurs de votre épuisement. L'écriture est une manière simple et efficace de "prendre corps" avec sa réflexion, de sortir du virtuel.  Vous pouvez commencer à réussir cette démarche en vous posant cette simple question : "Qu'est-ce que je ne veux  plus vivre dans cette relation", puis vous l’écrirez. Poursuivez en répondant aux deux questions suivantes : "Quelles sont mes priorités dans ma vie?". "Qu’est-ce que j’ai envie de préserver" ? Votre constat devrait être simple : envie de sortir de ce système. 
La relativisation est un processus intellectuel qui autorise le démarrage d'une prise de recul. Par cet exercice, le recul devient un ressenti. C'est important, car nous avons tous déjà entendu la sempiternelle recommandation " prends du recul". Comment faire ? Et bien pratiquer et vous RESSENTIREZ le recul !

Pour "couper les liens" visualisez :
 
Conjointement à la dépendance affective, des épuisements personnels peuvent évidemment intervenir. Vous avez la possibilité de les réduire en étant attentif de temps à autre sur vos relations. Pratiquer le détachement peut s'explorer tout d'abord sous forme d'une visualisation. L'image d'une marionnette à fils pour laquelle on vient couper  les liens qui la relie à un marionnettiste imaginaire est une pratique qui parle à la majorité des personnes. 
Pour en savoir plus sur la pratique de la relaxation. clic.

Chers Lecteurs, la recherche continue le mois prochain sur le thème de la relation ! Je vous retrouve avec plaisir en décembre pour animer une nouvelle réflexion commune : le narcissisme,  le Soi et l'Autre: les jeux de la vie.


Ce programme de recherche est accessible toute l'année et à distance via skype.
Envie d'aller plus loin et en savoir plus ! C'est possible ! A bientôt !

 Vous pouvez rejoindre la recherche annuelle via skype.





©pascale morand

dimanche 15 décembre 2013




Faire germer l’idée !








Pour être plus autonome affectivement : je réduis mon seuil de susceptibilité !
Il est important de ne pas tout prendre “pour soi” et d’avoir rapidement du détachement par rapport aux obsessions que la susceptibilité génère. Elles deviennent souvent aussi nocives que la réalité des faits. Il suffit, pour cela de vous rendre compte que des situations similaires d’emportement et de dépassement vous sont déjà arrivées et qu’elles étaient souvent excessives. D’une manière générale, nous ne tirons pas assez parti de nos expériences. 

Il est bénéfique et salutaire de tirer parti de votre expérience pour reconstruire une bonne estime ou image de soi . Progressons dans ce sens. 

Plus vous connaissez les rouages de votre personnalité, plus vous êtes souple et adaptable . Les relations conflictuelles existeront toujours, mais vous vous ferez beaucoup moins mal. En lâchant prise, vous ne vous humiliez pas, vous vous grandissez intérieurement. En restant attaché trop longtemps au conflit ou aux blessures, vous leur donnez une valeur excessive, validant ainsi que l’autre a “gagné” et qu’il a donc de bonnes raisons de poursuivre. 

A lire : sortir d'une relation épuisante.





Pour accéder directement à tous les billets de cette rubrique en défilement, veuillez cliquer sur le libellé "Faire germer l'idée",  tout en bas de ce billet, en dessous des images réseaux sociaux. Merci. 

©Tous droits réservés. P.Morand.

Y-a pas de mal à se cultiver !"





Aimer c'est se libérer de la peur.
Gérald Jampolsky. Editions vivez soleil.

 Les livres de simplification psychologique ne sont pas nécessairement de mauvais outils de référence pour énoncer des exposés avec simplicité et apporter une compréhension au plus grand nombre. C'est le cas de cet ouvrage qui remet à leurs places et à leur juste valeur, des comportements de dépendance que nous connaissons tous. Des outils simples sont apportés avec un langage direct et tonique.

Le titre" Aimer, c'est se libérer de la peur " est très évocateur. Il justifie très vite l'opportunité de cette sélection du mois consacrée à étudier les contours de l'autonomie affective.
Ici vous découvrirez que a liberté personnelle est intimement conditionnée à notre capacité à observer nos modes émotionnels ambivalents : appel et rejet, amour et haine, passion ou indifférence. A chaque situation, une réponse est offerte comme une ouverture et une libération.

Nous découvrirons ici une quête vieille comme le monde : chercher une paix en soi. Loin de rejoindre une quête narcissique, ce sentiment de paix est une source de laquelle repartira notre rayonnement personnel. Permettant ainsi aux autres d'en profiter !

Bonne découverte !





Pour accéder directement à tous les billets de cette rubrique en défilement,
veuillez cliquer sur le libellé : "Y-a pas de mal à se cultiver" tout en bas de ce billet.
En dessous des images réseaux sociaux. Merci. Pascale Morand.
 La philosophie du chat.     







"C'est être riche, que de ne rien avoir à perdre "   


  Sagesse chinoise.

 Cette pensée prend sa place au coeur de la réflexion commune du mois : comment acquérir une meilleure autonomie affective ? La recherche psychologique rejoint ici la réflexion plus philosophique.

Ce message s'accompagne  d'un espoir et d'une feuille de route pour appréhender la progression psychologique autrement. L'énergie déployée dans la recherche personnelle ne peut pas instaurer de relâchement profond tant que le détachement intérieur n'est pas activé et réalisé. Ce message rejoint l'importance du cheminement du deuil. Il nous inscrit dans la recherche fondamentale et permanente de la thérapie : apprendre à s'attacher et à se détacher,  des personnes ou de notre passé. Une recherche qui s'inscrit pendant toute la vie. Ce constat rejoint un autre proverbe chinois : " ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter ".




 
©pascale morand

Les ressources de la bibliothèque numérique de www.sos-confiance.com



 


  
@ propos de la recherche d'autonomie affective : La qualité de l'autonomie affective permet de réduire considérablement les situations de fatigue, pouvant même, prévenir de problèmes de santé. La place des émotions est prise en compte dans l'approche de la relaxologie. Il est très simple d'acquérir des outils de détente corporelle qui abordent le principe du détachement et de la prise de recul. Cette étape dans le développement personnel, rejoint la mise en place du processus "d'élimination", voie de libération incontournable de la méthode Vittoz.
La quête d'autonomie affective est une voie qui permet de rejoindre son intimité et sa dignité.

Reprendre confiance en soi. 

Rester proche de votre quotidien

L'autonomie affective : pour  les jeunes aussi.


@ Les ressources des lettres-conseil  de la relaxologue :
 Prendre en charge sa fatigue émotionnelle : comprendre et réagir.
Mots-clé: apprendre à faire le deuil, couper des liens et des attachements épuisants.

Faire le deuil.
Gérer ses émotions.



@ Formation : quelques programmes vous proposent d'animer vos projets professionnels en prenant en compte les facteurs de résistance au changement. Une bonne prévention pour les stress au travail.
Mots-clé: gérer la dynamique des groupes. Zen et management.

La place des sentiments au travail.
Canaliser les débordements émotionnels au travail.


 @ Venez rejoindre l'écoute psychologique et le conseils via skype :
Mots-clé : reprendre confiance dans la relation. Mieux se connaître.
Le Soi et l'Autre. 

Comprendre la richesse des relations.
Découvrir sa personnalité. 


© pascale morand